Agences de notation, historique et fonctionnement

Les agences de notation ont vu le jour à la fin du 19e, début du 20e siècle. Le but au départ était de donner des informations sur les entreprises privées.

Le précurseur de ces agences fut Henry Varnum Poor qui le fit pour les chemins de fer et canaux aux États-Unis. Elle donnera naissance à Standard and Poor’s, suivie par Fitch et Moody’s au début du 20é siècle.

Si l’on s’en tient à la définition stricte, une agence de notation est une personne morale, quelle qu’en soit sa forme, entreprise ou institution, qui notent des infrastructures privées pour les autres entreprises par rapport à des critères qui sont définis par avance. Ces lignes directrices étant elles-mêmes déterminées par la réglementation ou les acteurs du marché.

Au départ, ces résultats sont publiés sous forme de journal auquel s’abonnent les investisseurs pour financer l’activité. Ensuite les trois grandes agences ont travaillé avec une rémunération versée par des entreprises privées ou des collectivités publiques qui demandaient à être évaluées. Cependant, elles doivent garder une certaine forme d’indépendance.
La notation se fait en fonction de critères financiers bien sûr, mais aussi moraux, sociaux et écologiques.

En France, la première agence de notation fut l’entreprise Arese (agence de Rating environnemental et social des entreprises, mais en 2002, elle sera absorbée par l’agence de notation Vigeo, créée par Nicole Notat.

Il n’existe pas de fonctionnement standard dans le système de notation, chaque agence peut avoir une approche différente. Généralement, deux types de notation sont appliqués :

  • la notation classique ou déclarative concernant les entreprises cotées
  • la notation sollicitée qui concerne les entreprises qui demandent à être examinées.
Retour en haut