Le PERP

Perp est la contraction de Plan d’épargne retraite populaire. Il s’agit d’un produit d’épargne sur le long terme qui permet de préparer un revenu complémentaire lors du départ à la retraite. Ouvrir un Perp revient à souscrire un contrat d’assurance-vie. Le Perp permet de constituer un capital qui sera ensuite reversé sous forme de rentes à la suite du départ en retraite. Le souscripteur peut aussi choisir un versement sous la forme d’un capital mais dans la limite de 20 %.

Le capital constitué sur un Perp reste bloqué jusqu’au jour du départ en retraite mais le souscripteur peut le récupérer par anticipation dans certains cas : acquisition d’une 1ère résidence principale, décès du conjoint ou du partenaire de pacte civil de solidarité, invalidité, expiration des droits aux chômage, en cas de cessation d’activité après une liquidation judiciaire, ou en cas de surendettement.

La souscription d’un Plan d’épargne retraite populaire peut se faire auprès d’une compagnie d’assurance, d’une mutuelle ou d’une institution de prévoyance. Toute personne, quelque soit son âge et sa situation peut ouvrir un Perp. En règle générale, ce sont surtout des personnes salariées qui ouvrent ce type de produit.

Il existe principalement trois types de contrats Perp : acquisition d’une rente viagère différée, constitution d’un capital converti en rente viagère ou constitution d’une épargne convertie en unités ou points de rente.

Une personne ayant souscrit à ce type de contrat peut effectuer des versements de façon libre ou programmée, il n’y a pas de conditions de montant minimum à verser, chaque souscripteur se constitue son épargne à son rythme.

L’organisme gestionnaire du Perp doit tenir régulièrement informé le souscripteur de l’évolution de son contrat et lui préciser le montant des frais de gestion de compte. C’est également cet organisme qui devra donner au souscripteur une estimation de la rente viagère qui lui sera versée suite à son départ en retraite. En cas de décès du souscripteur, les rentes seront versées au conjoint ou au bénéficiaire initialement désigné par le souscripteur. Le souscripteur peut déduire de l’impôt sur le revenu les sommes versées sur le Perp dans une certaine limite. De plus, les rentes perçues seront par la suite également soumises à l’impôt sur le revenu.

Interview Jean Pierre Diaz

Retour en haut