La carte bancaire à débit différé

La carte bancaire débit différé fait partie de la catégorie des cartes de paiement disponibles sur le marché bancaire. Il s’agit d’un moyen de paiement qui permet d’effectuer des opérations bancaires courantes comme par exemple, régler des achats dans des boutiques et magasins, faire des retraits d’espèces ou encore consulter son solde. Elle peut être nationale ou internationale et est destinée aux personnes qui ont un revenu mensuel régulier et stable. Malgré son coût relativement élevé par rapport à la carte de bancaire à débit immédiat, ce type de carte présente de nombreux avantages.

Comment fonctionne une carte bancaire à débit différé ?

Le principe de fonctionnement de ce type de carte se distingue de celui de la carte à débit immédiat. Ainsi, lorsque le titulaire d’une carte bancaire à débit différé réalise des dépenses au moyen de sa carte, ces dépenses sont débitées de son compte bancaire. En général, le débit du compte se fait en une seule dans le mois et à une date convenue entre le client et sa banque. Le plus souvent, la date retenue pour effectuer le débit des sommes dépensées est soit le début du mois ou la fin du mois. D’ailleurs, il convient de rappeler que si certains établissements choisissent d’un commun accord la date pour débiter le compte du titulaire de ce genre de carte de paiement, d’autres l’imposent à leurs clients.

Quel est l’intérêt d’avoir une carte bancaire à débit différé ?

Posséder ce type de carte de paiement présente de nombreux avantages pour le titulaire. Ce dernier peut par exemple effectuer des achats même quand il ne dispose pas d’une provision suffisante sur son compte bancaire. Elle est plus bénéfique que la carte à débit immédiat dans la mesure où contrairement à cette dernière, le propriétaire n’est pas obligé d’avoir des sommes d’argent suffisantes sur son compte pour pouvoir réaliser ses achats. Toutefois, il convient de signaler que le titulaire d’une carte à débit différé doit faire preuve de rigueur dans son usage afin d’éviter le surendettement.

Retour en haut